Autonomie

Pose de la première pierre de l'agrandissement de l'EHPAD de Bois-Sainte-Marie

L’établissement hébergeant des personnes âgées dépendantes à Bois-Sainte-Marie (Ehpad) accueille des personnes atteintes de pathologies type Alzheimer. Il a une capacité de 110 lits, possède 2 unités de 15 places d’Alzheimer et 1 accueil de jour de 6 places.

Publié le

Un des bâtiments ayant été jugé trop vétuste par la commission de sécurité, les chambres ont alors été dédoublées, réduisant la capacité de l’établissement à 100 lits. La priorité du Département de Saône-et-Loire étant le bien-être des personnes âgées, celui-ci a donc décidé de soutenir le projet de restructuration de l’établissement consistant à construire un bâtiment neuf et à réhabiliter le bâtiment existant.

LES TRAVAUX


L’opération porte sur la reconstruction d’un bâtiment pour 110 lits. Le nouveau projet intègre la création de 2 unités Alzheimer de 14 lits, avec un jardin privatif sécurisé de plain-pied. La livraison des travaux est prévue pour début 2022.

FINANCEMENT DE L’OPÉRATION
9,8 M€ dont 1,6 M€ financés par le Département de Saône-et-Loire

LA TÉLÉ-EXPERTISE ARRIVE DANS LES EHPAD

Pour répondre à des attentes fortes dans toute la diversité de l’offre de soins, le Département de Saône-et-Loire a déployé la téléconsultation dans ses centres territoriaux de santé pour permettre aux médecins généralistes et à leurs patients d’avoir des avis d’experts sans avoir à se déplacer.

En parallèle, 32 projets d’Ehpad ont été acceptés par l’Agence Régionale de Santé, après l’appel à candidatures lancé en 2018 pour l’acquisition d’un équipement pour effectuer de la télémédecine ou de la télé-expertise. La première téléconsultation avec un résident, son médecin traitant et le dermatologue s’est déroulée le 5 août à l’Ehpad de Marcigny. Pour l’Ehpad de Bois-Sainte-Marie, il s’agit de téléconsultation avec un gériatre et de télé-expertise avec un dermatologue du centre hospitalier de Paray-le-Monial.

C’est une avancée majeure lorsque l’on sait que nombreux résidents ne consultent plus par manque de mobilité ou de praticiens proches.

FINANCEMENT DE CES 32 PROJETS
ARS BFC : 180 000 €
Département de Saône-et-Loire : 90 000 €