En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Préserver

Imprimer la page
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager cette page

Gaspillage alimentaire

Le gaspillage alimentaire concerne tout le monde. Chaque Français jette 20 kg de nourriture par an dont 7 kilos d'aliments encore emballés.

Sensibiliser pour réduire
Une grande cause européenne, nationale et départementale. Réduire de 50% le gaspillage alimentaire d'ici à 2025.

Le Département propose une  exposition en 5 kakémonos, assortie de 5 fiches outils, pour comprendre de manière ludique et informative le gaspillage alimentaire. Suivez les conseils de Charlotte l'économe, Jasmine la maline, Eugénie l'ingénieuse, Bruno le cuistot et José le futé. Ces 5 personnages dévoilent trucs et astuces pour acheter, conserver et cuisiner sans faire de gaspillage grâce à des gestes et choix simples.

Des trésors dans le frigo, les restes on en fait tout un plat !
Ce livre de recettes est né de l’imagination des habitants de Saône-et-Loire impliqués dans la lutte contre le gaspillage alimentaire ; ces recettes de cuisine proposent des plats élaborés à base de restes de repas ou de produits habituellement jetés. Des entrées aux desserts, une quarantaine de recettes originales réinventent une nouvelle façon de cuisiner, futée et maligne, avec de vraies économies à la clé !

         

Le gaspillage alimentaire en restauration scolaire

Gaspiller la nourriture, bouder les fruits, les légumes et le poisson… induit des conséquences sur l’équilibre alimentaire et les habitudes ultérieures d’alimentation et altère la perception d’une consommation responsable.

Selon l’Ademe (Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie), tous les jours, d’importantes quantités de nourriture sont gaspillées et jetées dans les cantines scolaires (on parle de 100 kg en moyenne dans les cantines de 500 convives).

Le Département de Saône-et-Loire et ses partenaires locaux s’investissent dans cette lutte contre le gaspillage alimentaire aux côtés des établissements scolaires en proposant des opérations de sensibilisation ludiques et pédagogiques aux équipes éducatives et aux élèves.

Après plusieurs mois d’animations, d’observations et de mesures réalisées dans plusieurs restaurants scolaires de Saône-et-Loire, différents facteurs du gaspillage alimentaire ont été identifiés, et de très nombreuses bonnes pratiques, testées avec succès, ont été mises au point. Cette démarche a été consignée dans "Le carnet de retour d’expériences" pour initier une démarche de lutte contre le gaspillage alimentaire".

Ce livret ne définit pas une méthodologie exclusive de réduction du gaspillage alimentaire mais il met en lumière de nombreux retours d’expériences réussies et des propositions d’actions correctives possibles, voire très intéressantes.

 

         

 

Le gaspillage du pain : c’est concret !

Pour une approche facile et ludique du gaspillage alimentaire, le Département de Saône-et-Loire met à disposition des établissements scolaires et des collectivités un "kit d’animation" composé notamment :

  • d’un "gâchimètre", pour matérialiser le volume du pain gâché,
  • des affiches illustrant les volumes du gaspillage alimentaire, et un tableau d’équivalence permettant la traduction du coût induit du gaspillage en litres d’eau, jeux de consoles, repas solidaires…
  • une fiche outil destinée aux personnels de l’établissement scolaire : gestionnaire, professeurs, équipe cuisine… pour réaliser une animation et mettre en place des actions de réduction du gaspillage.

Réduction du gaspillage et solidarité

Des milliers de tonnes de nourriture issues des grandes surfaces, des industries agro-alimentaires ou des marchés partent chaque année à la poubelle alors que de nombreux produits alimentaires jetés sont encore tout à fait consommables !

Les causes de ce gaspillage sont nombreuses : "chartes fraicheurs" des grandes surfaces imposant le retrait des produits de 3 à 7 jours avant la date limite de consommation, fin d’opérations promotionnelles conduisant au changement de packaging, cartons éventrés dans des zones de stockage relégués entièrement en élimination…

Pour toutes les entreprises du secteur de l’industrie agro alimentaire, de la grande et moyenne distribution et les producteurs, le don des produits en nature aux associations caritatives leur permet :

  • une réduction des quantités de déchets de l’entreprise, et donc une diminution des coûts d’élimination,
  • un bénéfice de réduction d’impôts à hauteur de 60% des dons et dans la limite de 5/1000 du chiffre d’affaire,
  • une aide directe au plus démunis par un acte solidaire.