En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres, vous acceptez l'utilisation des cookies pour améliorer le fonctionnement de notre site.
Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez ici

Développer

Imprimer la page
Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager cette page

RCEA

Parce que l’attractivité et la vitalité de la Saône-et-Loire passent aussi par ses infrastructures routières, le Département s’est mobilisé pour que l’État investisse dans la modernisation et la sécurisation de la RCEA, seule route nationale du Département. Priorité locale et nationale, les travaux débuteront dès 2014 pour une RCEA à 2x2 voies gratuite et sécurisée en Saône-et-Loire.

La RCEA supporte un fort trafic de poids lourds au quotidien.
La RCEA supporte un fort trafic de poids lourds au quotidien.

Le 11 juillet 2013, lors d'un déplacement en Saône-et-Loire, le ministre des transports Frédéric Cuvillier a promis la mise à 2 x 2 voies sécurisée de la RCEA sans péage. Une annonce jugée "historique" par Rémi Chaintron, président du Conseil général, puisqu’elle marque l’aboutissement d’un engagement pour l’aménagement et le maintien de la gratuité sur cette route.

Une mobilisation des crédits publics

Dans la solution proposée par le ministre des Transports, le financement des aménagements de la RCEA sera pris en charge par l’État et les collectivités territoriales concernées dont le Département de Saône-et-Loire, qui versera le produit de la future Écotaxe.

Les travaux débuteront en 2014 et concerneront les sections prioritaires des branches nord (Paray-le-Monial – Montchanin) et sud (Mâcon – Paray-le-Monial) de la RCEA, pour un total de 58 km livrés à l’horizon 2025.  Les travaux de la section Prissé-Mâcon seraient réalisés par la société APRR.

Ce plan de relance représente un aboutissement positif pour les habitants et les usagers de la RCEA qui attendent ces aménagements depuis longtemps. C’est aussi une belle opportunité pour l’économie locale, notamment pour le secteur des travaux publics, avec une commande publique de plus de 400 millions d’euros pour les dix prochaines années.

Plus globalement, la perspective d’une route sécurisée et gratuite est aussi un gage supplémentaire d’attractivité pour la Saône-et-Loire.

6 dates clefs

  • 1995 : la RCEA est déclarée d’intérêt public.
  • Octobre 2010 - avril 2011 : l’État lance un débat public sur la RCEA et son accélération par la réalisation d’une autoroute
  • Mai 2011 : le Département propose un plan de financement s’appuyant sur le produit de l’Écotaxe.
  • Juin 2011 : l’État rejette la proposition du Département et décide de mettre en concession la RCEA.
  • Novembre 2011 : le Département lance une votation citoyenne. 94,8 % des Saône-et-Loiriens disent non aux péages.
  • Juillet 2013 : l’État annonce un plan de sécurisation de la RCEA en 3 phases.

Un plan en 3 phases

Phase 1

2014 - 2019

Investissements prioritaires sur le tronçon Paray-Ciry, les branches Nord (Blanzy - Montchanin, carrefour RN70 - RN80) et Sud (Paray - Charolles, Prissé - Mâcon).

209 millions d’euros.

Phase 2

2020 - 2025

La RCEA optimisée. Les travaux concernent les branches Nord (Montceau, Blanzy) et Sud (Charolles - La Chapelle, Brandon - Clermain).

231 millions d’euros.

Phase 3

à PARTIR DE 2025

Achèvement de la mise à 2X2 voies entre Paray et Ciry, sur les branches Nord (carrefour RN70 - RN80) et Sud (déviation de Charolles, Charolles -
La Chapelle, Clermain - Sainte-Cécile).

218 millions d’euros.